Dix électeurs trop jeunes pour voter sur le Brexit ont leur mot à dire

Le printemps est là, le soleil brille, et ce sera bientôt un été long et chaud… du Brexit. Comme le Royaume-Uni est accordé encore une autre extension , le chaos sans fin continue.

Malgré offrant de démissionner si les députés soutenaient son accord , et affirmant elle n'autoriserait pas une prolongation au-delà du 30 juin (maintenant à juste titre étendu à Halloween), Theresa May est, de manière choquante, toujours en charge. Non seulement son affaire été rejeté trois fois , mais le gouvernement a a voté contre toute autre possibilité , y compris pas de Brexit, laissant le Parlement dans une impasse.



Il est juste de dire que tout le monde s’ennuie du Brexit, mais pour les nouveaux électeurs, ce long travail est particulièrement ennuyeux. Incapables de voter en 2016, ils ont été contraints de regarder en silence alors que leur avenir était décidé pour eux.

Dans les jours qui ont suivi le référendum, un rapport a émergé cela suggérait que le vote Rester aurait remporté la majorité si l'âge de voter avait été abaissé à 16 ans. Le Brexit aura indéniablement plus d'effet sur la jeune génération, et compte tenu de la vitalité des 16 et 17 ans Référendum sur l'indépendance écossaise processus, il est déconcertant que des députés d’âge moyen aient pu empêcher les jeunes d'avoir leur mot à dire .

Alors que le Royaume-Uni reste dans l'UE près de trois ans après le référendum - sans solution concluante en vue - les 16 et 17 ans de 2016 ont maintenant passé l'âge de voter, ce qui les rend éligibles à un second référendum potentiel. Avec 74% de ces jeunes soutiennent Remain , le paysage électoral pourrait être très différent si la décision était renvoyée au peuple.



le peeling chimique m'a brûlé le visage

Comme aujourd'hui (12 avril) marque la deuxième date à laquelle le Royaume-Uni devait quitter l'UE, nous parlons à 10 personnes qui ont eu 18 ans depuis le référendum de 2016 de ce qu'elles veulent se passer maintenant.

Le mettre au peuplemars, Londres31

MATTHEW ELVES, 18 ANS, YORK

Je me souviens avoir vu la Chambre des communes bloquer les tentatives de permettre aux jeunes de 16 et 17 ans de voter au référendum - j'étais absolument bouleversée. Ce seront les jeunes les plus touchés par le Brexit, donc l'idée que je n'avais pas mon mot à dire sur le résultat était effrayante. C’est un mythe absolu que les jeunes ne s’intéressent pas à la politique, c’est simplement qu’on nous refuse systématiquement la possibilité d’avoir leur mot à dire. Je me sentais totalement déçu par les députés et complètement isolé du processus politique; Je suppose que le seul point positif, c'est que cela m'a poussé à jouer un rôle beaucoup plus actif en politique.

LLOYD MCBRATNEY, 19 ANS, BRIGHTON

À l'époque, il me semblait logique que l'âge de voter soit abaissé pour donner aux jeunes leur mot à dire sur un résultat qui affecte notre avenir. Les dommages potentiels à l'économie et la perte d'emplois sont effrayants et ne doivent pas être pris à la légère. Après deux ans et demi de «négociations», il n’ya pas eu de progrès, seulement trois accords ratés et un parlement plus divisé que jamais. Si quoi que ce soit, le gouvernement a fait marche arrière depuis le résultat; le parti conservateur a été naïf quant aux risques potentiels d'un Brexit sans accord, et ce n'est que maintenant que les choses commencent à être prises plus au sérieux.