Masha Alekhina de Pussy Riot risque une peine de prison à la suite d'une manifestation anti-Poutine

Le week-end dernier (23 janvier), Masha Alekhina, membre et activiste de Pussy Riot arrêté aux côtés des militantes Lusya Stein et Victoria Narakhsa, lors des manifestations massives de la Russie dans tout le pays critiquant le président Vladimir Poutine. Aujourd'hui, Alekhina risque jusqu'à deux ans de prison pour violation des règles sanitaires et épidémiologiques.

Masha Alekhina de Pussy Riot est toujours détenue, le collectif punk écrit sur Twitter. Elle fait face à des accusations criminelles et deux ans de prison pour avoir encouragé les gens à participer à des manifestations sur les réseaux sociaux. C’est un visage de la Russie de Poutine. Ils n'ont clairement rien d'autre à faire que de mettre Pussy Riot en prison encore et encore.



Alekhina faisait partie des plus de 3 000 personnes détenues lors de la manifestation de samedi dernier pour soutenir le chef de l'opposition emprisonné Alexei Navalny. L'un des critiques les plus éminents de Poutine, Navalny a été arrêté à son retour de Berlin en Russie, où il était soigné pour un empoisonnement presque mortel qui, selon lui, a été commis par le gouvernement russe.

Selon le journal russe en ligne Méduse , les forces de sécurité ont également fouillé le domicile d'Alekhina, ainsi que celui de l'épouse de Navalny, Yulia (qui a également été détenue lors des manifestations) et de plusieurs de ses alliés. Mediazone - la société de médias indépendante fondée par Pussy Riot et des journalistes russes en 2014 - rapporte qu'ils sont désormais assignés à résidence, avant les manifestations prévues dimanche.

Pussy Riot a aussi partagé des nouvelles qui Mediazone Le rédacteur en chef Sergey Smirnov a été arrêté alors qu'il se promenait avec son jeune fils, accusé d'incitation.



En décembre 2020, Alekhina a également été impliquée dans une manifestation contre la brutalité policière qui a vu Rita Flores de Pussy Riot condamnée à 20 jours de prison. En octobre, elle a été arrêtée pour son implication dans la manifestation contre le drapeau arc-en-ciel du groupe, qui les a vu planter des drapeaux de la fierté devant les bâtiments gouvernementaux pour souligner le traitement réservé par le pays aux personnes LGBTQ +.

En 2012, Alekhina a été condamnée à deux ans d'emprisonnement aux côtés de Nadya Tolokonnikova et Yekaterina Samutsevich, pour hooliganisme motivé par la haine religieuse, qui l'a incitée à devenir une défenseure des droits des prisonniers. En 2017, elle a parlé à Dazed de la vie dans une colonie pénitentiaire russe.



Avant les récentes manifestations pro-Navalny, Tolokonnikova de Pussy Riot a également publié une vidéo détaillant ce qu'il faut faire si vous êtes détenu lors d'une manifestation russe.