Que signifie être une sorcière en 2018?

Des sœurs Sanderson de Hocus Pocus , aux débardeurs à bretelles spaghetti et aux crucifix en strass du classique culte des années 90 Charmé ; La méchante sorcière d'Oz au visage vert et au nez tordu , aux boucles blondes rebondissantes de la dernière régurgitation de Netflix: le Aventures effrayantes de Sabrina - les sorcières sont représentées dans la culture pop depuis des décennies. Mais ces représentations sont-elles exactes? Praticienne holistique de 26 ans Grace Gottaredello ne pense pas. Toutes ces représentations tentent d'homogénéiser la perception de la sorcellerie à quelque chose qui est centré sur les femmes blanches euro-américaines, dit Grace. Mais la sorcellerie est aussi diversifiée que nous, les sorcières, le sommes.

Au cours des derniers siècles, les sorcières ont affronté de nombreux ennemis: l'Église, le patriarcat, le bûcher brûlant et les représentations culturelles déformées qui visent à blanchir leur culture. Et maintenant, ils font face à un nouveau: l'industrie de la beauté. De imminentes collections de tarot être taquiné sur Instagram par des géants de la beauté aux teintes pastel Kits de sorcière de démarrage , la marchandisation par l'industrie de la beauté des pratiques occultes sacrées commence vraiment à faire chier les sorcières, notamment parce que cette appropriation est basée sur des représentations de la culture pop des sorcières au lieu des vraies sorcières elles-mêmes. Mais qui sont ces vraies sorcières? Et surtout, à quoi ressemblent leurs pratiques? Nous avons parlé à Grace et à quatre autres sorcières - herboriste basée à Londres Caroline Rosalie , Nicolette Clara Iles , alchimiste Kkingboo , et Malcolm Tearle de Herefordshire - pour en savoir plus.



Que signifie être une sorcièreen 2018?6

Pouvez-vous nous parler un peu de la sorcellerie que vous pratiquez?
Grace Gottaredello: Je suis un praticien holistique qui utilise la sorcellerie, l'astrologie et les sciences sociales pour offrir des conseils dans Shadow Work. Je me concentre sur d'autres pratiquants comme les artisans de lumière ou les astrologues, les devins et les oracles et les sorcières: fondamentalement, quiconque est au service des autres. Sorte de thérapeute pour sorcières, je m'assure que votre Bruja locale est à 100% ancrée et à l'aise pour vous aider au mieux de ses capacités. Je suis biracial (italien blanc et ghanéen noir) donc mon expérience se traduit par la pratique. Mes rituels et sorts sont le produit de la vie dans deux traditions. Je ne fais pas partie d'un coven, d'après ma compréhension La sorcellerie a toujours été une affaire de famille, rendant la tradition très localisée et spécifique aux lieux où elle était pratiquée.

Caroline Rosalie: Je suis herboriste. Je m'identifie comme un être d'amour, une éco-féministe, une artiste et une guérisseuse. Je commence tout juste à passer plus de temps avec d'autres herboristes et j'aimerais les rencontrer régulièrement. Dans le passé, j'ai fait partie des cercles lunaires, rassemblant chaque nouvelle lune et pleine lune.

Malcolm Tearle: Je n'ai pas de clan en ce moment, mais j'organise des rencontres pour en créer un. Mon clan pratique la sorcellerie traditionnelle, certaines wicca et même des pratiques de méditation du bouddhisme Vajrayana et du shiva-isme.



Nicolette Clara Iles: Mon métier est éclectique et surtout solitaire. Mes intérêts sont dans la sorcellerie et la divination à base de plantes. Je suis une sorcière solitaire, mais j'adore mes camarades sorcières et leurs couvents respectifs.

Kkingboo: Je pratique l'alchimie. Je suis un manifeste créatif à plein temps (quelqu'un qui peut faire des idées une réalité) et directeur général de The Othxr , une agence créative centrée sur les POC. Toute personne avec qui je crée fait partie de mon «clan».

CNV00020 copie 1 2

Caroline RosaliePhotographie NicoletteClara Iles



Que signifie s’identifier comme sorcière dans la société actuelle d’aujourd’hui?
Nicolette Clara Iles: C’est une façon provocante et incroyablement forte de montrer et d’être qui vous êtes vraiment. S'identifier en tant que sorcière dans la société d'aujourd'hui peut être considérée comme «plus facile ' - étant donné que nous ne sommes pas littéralement brûlés sur le bûcher - mais les sorcières de couleur, les sorcières handicapées, les sorcières LGBTQ subissent toujours la persécution de différentes manières.

Caroline Rosalie: De plus en plus de gens réclament le mot «sorcière», même si je pense que le mot a une signification et des connotations différentes pour différentes personnes. Dans une société patriarcale, il semble radical de récupérer le pouvoir et d'apprendre des pratiques anciennes telles que la guérison, l'astrologie et la pratique des sages-femmes qui ont été supprimées par l'Église, la médecine moderne et le patriarcat.

Kkingboo: Il semble que les gens ressentent l'attraction collective vers / de Motha, mon surnom pour le champ de vibration de la Terre. Certains n'aiment pas ce sentiment alors ils le combattent. D'autres - nous choisissons de surfer sur le sentiment, ne sachant pas où cela mènera, mais merde, car il doit être meilleur que notre réalité actuelle. Une fois que vous vous serez rendu, Motha vous emmènera là où elle veut que vous soyez. À mon avis, si vous l’avez choisie, vous êtes une sorcière et c’est une vie très intime, indescriptible

Grace Gottaredello: En tant que personne née dans le cadre de la pratique, s'identifier comme sorcière, c'est comme me donner naissance à nouveau. Pour moi, une sorcière est une femme qui reconnaît son pouvoir, sa création et sa rage. Tout le monde peut avoir accès aux secrets en nous, mais seuls quelques-uns répondront à l'appel à l'action. Une sorcière représente ceux dont l'identité est niée. Les implications politiques et sociales de ce rôle ne peuvent être ignorées. Grandissant métis dans le nord de l'Italie, j'ai traversé une enfance très traumatisante et ma relation avec mes deux familles a toujours été tendue. J'étais séparé de mes deux parents, qui m'aimaient beaucoup mais ne savaient pas comment gérer un enfant métis. Après avoir passé plus de dix ans à me décoloniser et à guérir ma relation avec mes familles et mes parents, à travers l'étude et la recherche sur mes traditions, les initiations et les rituels, j'ai compris qu'une nouvelle lignée est née avec moi. Je ne suis ni mes parents ni ma famille, je suis moi. Grâce à ceux qui ont parcouru cette terre avant moi, je peux dire à haute voix les noms des ancêtres et je peux tenir bon. Je peux servir et protéger ma communauté en sachant que le patriarcat blanc pensait qu'elle était perdue et avec la bravoure de quelqu'un qui n'a rien à perdre parce que mes ancêtres marchent avec moi et mes enfants finiront tout ce qui reste à faire.

Nicolette 2

Nicolette Clara Iles

Pratiquez-vous des rituels de beauté dont vous pouvez nous parler?
Grace Gottaredello: En tant qu'herboriste et alchimiste, j'ajoute généralement mes potions et mes poussières à mes routines de beauté. Je fais mes propres gommages et masques, pour le corps et les cheveux et il y a toujours un ingrédient magique. Malheureusement, je ne peux pas révéler mes potions ou mes poussières, mais même une simple recherche Google peut aider à retracer quelques herbes gouvernées par Vénus (l'un des domaines de cette planète est la beauté) qui peuvent être utilisées dans n'importe quelle concoction de beauté. Un simple bain de sel avec des pétales de rose roses et rouges, des pétales d'hibiscus et des pétales de calendula / souci avec quelques gouttes d'huile de cannelle, est un tonique pour la peau et il aide dans le syndrome prémenstruel ou post-partum, restaurant l'aura sexuelle .

Kkingboo: Je prends soin de moi par intuition. Il n'y a rien que je fasse régulièrement en dehors d'enfouir mon sang (menstruel) dans le sol - ce qui a été un beau rituel que j'ai été appelé à faire il y a huit ans. Ce n'est pas un rituel mensuel, c'est seulement quand c'est nécessaire et je peux généralement entendre ou ressentir quand c'est. J'écoute l'endroit où il est censé être dans la terre, je creuse, dis quelques mantras et je le fais bouger. Ma recommandation à toute nouvelle sorcière qui envisage d'acheter un `` kit de sorcière '' pour commencer son voyage est d'enterrer d'abord son sang menstruel. C'est probablement le chemin le plus rapide vers la connexion qu'ils recherchent.

Nicolette Clara Iles: Un rituel de beauté, je dirai, crée un sort de «glamour» pour votre kit de soins personnels ou de maquillage - qui peut être démarré en vous disant quelque chose comme «Je montrerai ma beauté intérieure» lorsque vous appliquez un produit. Grâce à cela, le processus de réalisation du glamour peut se produire. Les bains magiques, l'eau de rose et les tisanes sont également de bonnes méthodes de soins personnels.

tresses noires et blanches

Caroline Rosalie: Allumer des bougies tous les soirs et lire le tarot sont de bons rituels quotidiens de soins personnels.

Malcolm

Malcolm Tearle

Avec des marques de beauté qui lancent des collections fortement influencées par les pratiques et symboles associés à la sorcellerie - considérez-vous personnellement cela, comme une sorcière, comme un acte d'appropriation de votre culture?

Caroline Rosalie: Je pense que n'importe qui peut apprécier une esthétique sorcière pour lui-même, même s'il devrait en apprendre davantage sur les cultures qu'il pourrait s'approprier par inadvertance. Par exemple, les personnes qui utilisent de la sauge blanche et du palo santo devraient envisager de choisir d'autres herbes et plantes à brûler car elles sont surexploitées, ce qui nuit à l'environnement et aux communautés autochtones qui les utilisent dans leur pratique sacrée.

Nicolette Clara Iles: Quand nous avons des magasins Sephora / de grandes marques qui essaient de vendre des kits de 'starter witch', c'est une gifle pour ceux dont la culture a commencé ces rituels. Je pense que la beauté est bien plus que de coller le symbolisme important d'une carte de tarot sur une palette de maquillage. Qui tire profit de ces produits? Pas des sorcières.

Kkingboo: Quelqu'un peut-il m'envoyer une palette inspirée du tarot? Je pense que les marques d'entreprise qui vendent des «kits de sorcières» sont hilarantes mais discrètes, je rigole vraiment avec Motha. Elle est timide et elle parviendra à ses enfants par tous les moyens nécessaires. Disons simplement que son énergie est en phase avec le temps.

Grace Gottaredello: En tant que société, marchandiser quelque chose, c'est le rendre accessible et moins menaçant et c'est ce qui se passe avec la sorcellerie. Tout le monde peut se maquiller, quelques pierres et brûler de l'encens. Mais comme je l'ai déjà dit, une sorcière est au service des vivants autant que des ancêtres. Marchandiser la sorcellerie et toutes les pratiques qui ont été des outils de libération, c'est nier notre lutte (car beaucoup d'entre nous sont des gens de couleur) et la mort de ceux qui nous ont permis d'être fiers aujourd'hui.

la grâce

Grace Gottaredello

De Le magicien d'Oz , Enchanté , Les sorcières d'Eastwick, Hocus Pocus, The Craft, The Crucible, Charmed American Horror Story: Coven , aux Chilling Adventures of Sabrina, les sorcières sont représentées dans la culture pop depuis des années. Que pensez-vous de ceci?
Nicolette Clara Iles: Les représentations des sorcières dans les médias ont tendance à être très unilatérales, cependant, il y a à la fois de bons et de mauvais bords à cette représentation.

Malcolm Tearle: Les films ne sont pas du tout représentatifs de la sorcellerie. La sorcellerie est la «vieille religion», le métier des sages. Cette religion remonte à l'Inde ancienne, où le dieu hindou, Shiva, a d'abord placé des cornes sur sa tête pour dire à tout le monde que son esprit était dans toute l'humanité, tous les animaux et toute la nature. Shiva est mieux connue pour être la fondatrice du yoga. Ses enseignements se sont répandus à travers une route chamanique et sont arrivés en Europe. La sorcellerie a à la fois un Dieu et sa déesse dame et est connue comme le métier des sages parce que les sorcières ont été les premiers guérisseurs ... utilisant l'herboristerie, et les premières sages-femmes. L'Église a tué plus de 9 millions de femmes, d'hommes et d'enfants dans le cadre de cette offre publique d'achat. La sorcellerie et les druides étaient les religions indigènes de Grande-Bretagne et d'Europe, étrange comment nous continuons à être peints sous un si mauvais jour. La sorcellerie est belle, douce, attentionnée, guérissante et aimante. Tout autre chose que cela n'est pas nous, et juste le fonctionnement de l'esprit humain courbé essayant de vendre un film à nos dépens. Il est temps que la vérité soit dite.

Caroline Rosalie: J'apprécie surtout ces spectacles mais ils sont fantastiques et imprécis, ils sont pour le divertissement donc tout.

Kkingboo: J'ai beaucoup à dire à ce sujet mais je vais le résumer en une question: N'est-il pas étrange que la plupart de ces versions soient créées / dirigées par des hommes blancs?

Je comprends que Halloween au sein de la communauté des sorcières est très différente de la façon dont les médias traditionnels suggèrent de la célébrer. Si un passionné d'Halloween veut changer d'apparence, que suggérez-vous qui est approprié?

Nicolette Clara Iles: Quelque chose qui est fidèle à votre propre culture et non approprié. Halloween / Samhain peut être un moment pour envoyer des soins à vos proches perdus, à vous-même ou à vos amis actuels - montrez-le dans votre apparence. Pensez à l'automne, soyez une lumière brillante!

Grace Gottaredello: Personnellement, je ne me soucie pas beaucoup d'Halloween. Le Voile (entre notre monde et le monde des esprits) se lève les jours suivants et nous célébrons la semaine avec nos ancêtres passés - en les honorant avec des rituels et des mémoriaux. Mais en tant que sorcière, je dirais: laissez les autochtones tranquilles. Laissez tranquilles les traditions et les sentiers autochtones. Laissez les gens de couleur tranquilles. Habillez-vous en personnage fantastique et en avez fini avec lui.

Kkingboo: Critiquez-vous en posant une question simple, mon choix de costume offensera-t-il quelqu'un?

Et

Kkingboo

Que signifie la beauté pour vous?
Nicolette Clara Iles: La beauté signifie être à l'aise dans sa peau, ses défauts, ses bons points, tout cela.

Caroline Rosalie: La nature est belle. La lune est magnifique. Les plantes sont belles. Je suis belle et tu es belle.

Grace Gottaredello: La beauté est un moyen de puissance. Avec beauté, j'habille mes autels et mes outils pour honorer mes esprits et mes rituels. Ma beauté honore mes ancêtres.

Les sorcières ont-elles certains codes visuels qui signifient aux autres sorcières que vous faites partie de la communauté des sorcières? Par exemple, est-ce un cliché de supposer que toutes les sorcières portent du noir?

Nicolette Clara Iles: J'adore les sorcières qui portent beaucoup de noir, mais certaines d'entre nous sont très colorées. Ce que vous portez (ou ne portez pas) peut être révélateur de votre métier, mais je ne trouve pas qu'il y ait de façon stricte de s'habiller pour les sorcières. Cela dit, les sorcières que je connais ont un grand style personnel. Cela diffère de personne à personne, de sorcière à sorcière.

Malcolm Tearle: Nous nous habillons comme vous, et lorsque nous travaillons à notre façon et artisanat, nous pouvons porter de nombreuses robes de couleurs différentes, ou pas de robe du tout, cela s'appelle «Skyclad». Pour ce qui est des soins personnels, pas vraiment, certains pratiquent le yoga, certains font du jogging, certains font du karaté, nous sommes les mêmes que vous et tout le monde. Toute la création de la Déesse est belle.

Caroline Rosalie: Que toutes les sorcières portent du noir est probablement un cliché. En disant que j'ai l'air assez «sorcier», j'ai les cheveux longs et je porte des capes vertes et beaucoup de noir, et un gros cristal autour de mon cou et la plupart supposent que je suis une sorcière.