L'artiste et reine des mèmes SAGG Napoli est un hommage ambulant à Naples

Je fais un travail qui ne ressemble pas à de l'art, mais qui me ressemble. Ce sont les mots de l'artiste SAGG Napoli, basée dans le sud de Londres et née à Naples, qui malgré l'affirmation et malgré les autoportraits sans fin sur elle Instagram , n'est pas vraiment narcissique. Elle pratique l'amour-propre et l'auto-appréciation non filtrée, son travail est une performance sans fin de féminité, de sexualité et de pouvoir sans vergogne.

SAGG Napoli est le pseudonyme de Sofia Ginevra Giannì, qui ne se contente pas de faire son travail mais, de plus en plus, le vit. Non confiné à l'espace de la galerie, son art existe sous forme de performance publique, de vidéos et même de mèmes Instagram. En incarnant une sorte de personnage dans SAGG Napoli, Sofia explore son héritage culturel napolitain, et en particulier la géopolitique de l'Europe du Nord contre l'Europe du Sud, cette dernière une région souvent considérée comme trash ou imprégnée d'excès. Défendant un look qu'elle appelle South Aesthetics (voir les survêtements, des tas de bijoux en or et des ongles en forme de serre souvent offerts par Sylvie Macmillan), SAGG réfute ce parti pris culturel injuste. Elle nous encourage à repenser South Aesthetics comme un produit important de l'histoire, mais aussi, comme beau.



Après sa résidence au MoMA de Varsovie, nous lui avons parlé de Naples, de la représentation et de l'identité scénique sur Internet.