Embrasser le pouvoir pur et étrange de Christine and the Queens

Héloïse Letissier La relation de Londres avec Londres a commencé il y a sept ans, lorsqu'elle est venue de France pour se remettre d'une rupture désastreuse. Peu de temps après son arrivée, elle s'est retrouvée recueillie, nourrie et gâtée par trois drag queens de Soho, avant de rentrer chez elle trois semaines plus tard. Cette expérience éphémère a inspiré le surnom pop de Letissier ' Christine et les reines ', un personnage qu'elle décrit comme une technique de survie contre les boîtes dans lesquelles nous nous mettons les uns les autres et les fausses options que la société nous donne.

Maintenant, dans un mouvement cyclique, elle revient à Londres pour lancer la version anglaise de son premier album de 2014 Chaleur Humaine (traduit par Human Warmth), qui combine une production électro-pop fracturée et pleine de pépins avec la voix distinctement fluide et limpide de Letissier. Contrastant une intensité d'émotion avec une sorte de délicatesse, sa musique se sent étonnamment intime, comme une touche ou un secret à moitié confié.



A 27 ans, elle espère être le cheval de Troie de la pop culture ; éblouissante avec ses performances, tout en laissant tomber des questions sur le féminisme, le genre et la culture queer - des problèmes qui la passionnent et qui la font entendre. Après deux albums, c'est un espoir qui se concrétise rapidement. Forte, tranchante et ouverte, Christine and the Queens est une voix audacieuse mais sans prétention, marquant une présence rafraîchissante et opportune dans le paysage de la musique pop.

Quelle a été la première chanson que vous ayez écrite ?

Christine et les reines : Ma première chanson il c'était vouloir avoir une bite juste pour avoir une vie plus facile. Je l'ai écrit quand j'ai été expulsé de l'école d'art dramatique de Lyon il y a sept ans parce que j'avais monté ma propre pièce. Mes professeurs autorisaient les garçons à faire de la mise en scène, mais disaient aux filles qu'elles devaient d'abord apprendre à jouer la comédie. Ces enseignants donnent encore des cours aujourd'hui.



comment se débarrasser du phimosis

Maintenant, je ne l'écrirais pas. Je préfère rester une femme et me battre, et essayer de contrôler ce regard masculin en portant des costumes non sexualisés et en parlant de mon propre désir sans me soucier d'être désirable aux conditions de quelqu'un d'autre.

À cette époque, vous vous êtes enfuie à Londres et vous avez eu envie de recommencer. Que s'est-il passé?

tes cheveux qu'est-ce que tu es gay

Christine et les reines : Je me suis retrouvé à une soirée drag au (aujourd'hui ancien club de Londres) Madame Jojo's et cette performance étrange s'est produite. Cela n'avait aucun sens et musicalement parlant, c'était terrible. L'un des interprètes jouait très mal de la batterie, l'un d'eux jouait terriblement de la guitare et l'autre cuisinait des crêpes. C'était une traînée amusante et trash, désordonnée mais tellement agréable à regarder. Je me souviens avoir pensé : « Mon Dieu, j'aimerais pouvoir trouver un moyen de ressentir ça sur scène » parce que vous pouviez dire que ces personnages étaient rudes sur les bords mais que tout semblait amusant.



J'avais l'air d'une merde et j'étais seul à table. Ils sont juste venus me voir et m'ont demandé, ça va ?, j'ai dit non et tout ce qui n'allait pas a commencé à sortir de moi. Je cherchais quelqu'un à qui parler. Ils m'ont juste nourri de nourriture et d'idées. Parfois, ils ne disaient pas Oh, pauvre chose mais allez. Arrête de pleurer et j'étais comme d'accord. Je ne les ai jamais revus après ce voyage. Nous nous écrivons toujours de temps en temps, mais c'était tellement parfait comme ça – ça ferait bizarre de juste prendre un café ou quelque chose.

Comment avez-vous été influencé par la musique que vous écoutez ?

Christine et les reines : J'étais obsédé par Björk, David Bowie, Michael Jackson, Laurie Anderson et Lou Reed. Ce sont tous des créatures et ils sont tous créés par eux-mêmes - cela me ravit. Vous arrivez à entrer dans un esprit. Même le désir de Michael Jackson d'avoir un nouveau visage, je peux le comprendre. Je ne le ferais pas moi-même parce que j'ai peur de mourir, mais je peux comprendre vouloir créer son visage et le choisir.

Vous avez été franc au sujet de votre orientation pansexuelle. Est-ce peut-être une façon de se créer ?

Christine et les reines : Je ne sais pas si je l'ai choisi, mais c'est quelque chose que j'ai embrassé. Je suis tombé amoureux d'une fille, puis je suis tombé amoureux d'un garçon, puis je suis tombé amoureux d'une personne trans. Et j'étais comme, c'est quoi ce bordel ?! Les sentiments ont créé cela. Mais il s'agit principalement de ne pas savoir quel sera votre prochain amour et de n'avoir aucune idée de ce que je désire. C'est juste en train de changer tout le temps.

Je suis toujours très honnête sur ce que je ressens. En France, on se moque du terme « pansexuel » car « pan » signifie aussi « oiseau ». Et alors? Ils peuvent en rire, mais peut-être plus tard, ils iront sur Google et penseront que c'est intéressant. J'ai laissé tomber un nouveau mot.

En grandissant, était-ce difficile de naviguer de ce côté de votre identité si vos pairs ne comprenaient même pas le concept ?

acné du syndrome des ovaires polykystiques

Christine et les reines : J'ai toujours eu beaucoup de chance. Mon père enseigne les études de genre aux côtés de l'anglais. Mes parents m'ont donné des livres et des films et ils m'ont ouvert à plein de belles choses. À cause d'eux, je ne me suis jamais senti bizarre. C'est assez inhabituel, et je connais des gens qui se sont fait virer de chez eux parce qu'ils étaient homosexuels. Ça change tout quand tes parents disent d'amener ta copine à dîner. La seule personne qui ne m'a pas accepté était je .

Pourquoi?

Christine et les reines : Je me sentais monstrueux et laid. Je n'étais pas en mesure de comprendre les magazines et les publicités que je voyais et leurs représentations des femmes. J'étais pollué par tout ça et Christine and the Queens était un moyen de s'évader, une technique de survie. Je n'en ai toujours pas fini, car nous, les filles, sommes entourées d'idées de perfection. Et je me sens toujours comme une nana laide – je me sens insultée par ces idées, et je ne pense pas être la seule. Jamais assez parfait. Christine est comme un bouton que je peux appuyer et dire Attends une minute. C'est toutes des conneries.

Pensez-vous que le paysage de la culture pop est un bon endroit pour aborder les idées sur le genre et la sexualité ?

Christine et les reines : Il s'agit d'occuper l'espace et d'être visible. Je me sens à l'aise dans la musique pop parce que c'est ce que je sais faire. Alors j'apporterai tout ce que je suis et tout ce en quoi je crois sur la table.

Les idoles kpop doivent-elles faire leur service militaire?

Je pense aussi travailler sur le terrain. Parfois, j'ai l'impression que cela ne fonctionne que parce que je suis un personnage pop, mais je vois des gens se faire tabasser dans la rue ou dans les prisons. J'ai pensé à travailler avec une association, une organisation caritative et à faire beaucoup de concerts récemment.

Parlez-moi de la version anglaise de votre premier album.

Christine et les reines : C'est cinquante pour cent Nouveau et comprend des collaborations avec Perfume Genius et Tunji Igé . Il s'agit d'être un adolescent.

comment alléger votre fessier

Comment décririez-vous votre expérience d'adolescent?

Christine et les reines : Ne pas savoir qui je suis. Je ne sais toujours pas, mais maintenant je m'en fiche – c'est la différence ; Se sentir comme un monstre; Vouloir être aimé en permanence, mais détester être regardé ; Envie de tomber amoureux si fort et de tomber amoureux si vite. J'étais seul avec mes livres et mon ordinateur. Je ne veux pas être ringard, mais j'ai trouvé un moyen de parler aux gens à travers la musique. Avant cela, je ne savais pas comment parler aux gens. C'est une image tellement classique maintenant - l'artiste pop qui était vraiment timide!

Je pense aux choses qui me manquaient quand j'étais adolescente – Lorde, par exemple. J'aurais adoré avoir Lorde comme pop star quand j'étais plus jeune. Elle est douée, intelligente, embrassant son corps, son visage, son acné. Pour mon prochain album, je pense à ne plus être définie comme une fille – juste à être considérée comme une voix et une artiste. Je veux que mon corps soit encore plus androgyne... qu'il ait des muscles... pour me défendre.

Chaleur Humaine is due 26 February 2016 via Parce que la musique , et son premier titre à Londres, et Koko , est le 15 mars.