Angel Haze construit un paradis avec la douleur

Lorsque Nettoyant mon placard a chuté en 2012, avec sa mixtape Classick , La réputation d’Angel Haze en tant qu’artiste qui repousse les limites a été consolidée. La chanson traite du sujet brut et brutal du viol d'enfants, posé sur un rythme largement associé à Eminem, les distinguant (le pronom préféré d'Angel Haze) des rappeurs ordinaires et de la démonstration d'un artiste qui n'a pas peur de pénétrer dans leur passé afin de créer.

Trois ans depuis leur premier album Or sale, l'attente pour le deuxième album très attendu continue, mais leur dernière mixtape Retour dans les bois est un avant-goût adéquat de ce qui va arriver. Avec Retour dans les bois Je sentais juste que j'avais besoin de tout retirer de moi, dit Angel Haze.



Au Royaume-Uni, dans le cadre de leur tournée mondiale, nous avons eu la chance de passer du temps avec le rappeur et de parler de la catharsis à travers la musique, la santé mentale et l'avenir.

amy winehouse et kurt cobain

Vous avez joué un grand nombre de dates - comment se passe la tournée?

Angel Haze: Nous avons 34 autres dates. C’est fou que je puisse même jouer 34 dates - certaines personnes n’en jouent même pas, alors c’est super que mes émissions soient épuisées. Mais je suis fatigué parce que j'ai des spectacles six jours par semaine, puis un jour de congé. Quand je joue, je sais que chaque fois que je suis sur cette scène, je prends vie - c’est ce que je fais quand je suis en dehors de la scène qui me rend fou.



Quand avez-vous eu votre dernier moment «putain, je ne peux pas croire que je suis ici»?

Angel Haze: Hier soir en fait. Je joue à Londres et tout est complet et merde, c’est juste de la drogue. Avant, un groupe de personnes me disait que je ne pouvais pas faire de tournées à guichets fermés. Comme j'avais des spectacles avant et je faisais peut-être environ 50 pour cent des billets. Maintenant, mes concerts ont été serrés et ils sont emballés de mur en mur et le public connaît ma musique - c'est juste de la dope.

Retour dans les bois est un projet publié indépendamment - vouliez-vous récupérer une certaine liberté créative?



Angel Haze: Faire la musique que je fais, venir d’où je viens et être capable de me tenir derrière la musique que je fais - c’est incroyable d’être fier. Avec ce projet, je me suis contenté de penser à ce que les autres pensent ou à la personne que mon label veut que je sois, tout dépend de qui est Angel en ce moment.

Je ne savais pas beaucoup de merde sur moi-même, je ne savais pas que beaucoup de merde dont j'avais affaire étaient des problèmes de santé mentale parce que les Noirs ne souffrent pas de maladie mentale

Pourriez-vous appeler le projet un album?

Angel Haze: Eh bien, un album pour moi se distingue par l'effort, le temps et la conservation qui y sont consacrés. Je n'ai passé que deux mois là-dessus, donc ce n'est définitivement qu'un projet pour moi. Avec Retour dans les bois Je sentais juste que j'avais besoin de tout retirer de moi. TK [le producteur d'Angel] et moi avons travaillé ensemble sans relâche pour créer quelque chose qui représentait où étaient nos têtes et à quoi ressemblait la dernière année de nos vies.

Était-ce cathartique? De quoi aviez-vous besoin pour sortir de vous?

Angel Haze: Ce sont tous des projets cathartiques car je n'ai rien d'autre, je n'ai pas de famille. Je construis quelque chose en ce moment, mais en même temps je dois faire sortir cette personne. Il y a des personnalités que j'ai que je n'aime pas en ce moment et donc ma musique m'aide à explorer ces personnages.

Décririez-vous Nettoyer mon placard comme un travail cathartique?

Angel Haze: Le problème avec mes disques précédents, c'est que je n'y étais jamais assez - comme littéralement dans mon cerveau. J'avais vécu ma vie mais beaucoup de gens ne savent pas grand-chose de moi à part le fait que j'ai été abusé sexuellement quand j'étais enfant mais c'est comme une minuscule facette de moi et il y a tellement d'autres gros morceaux qui entrent en jeu. .

Quels sont ces morceaux?

Angel Haze: Depuis deux ans, je me retrouve à l'hôpital chaque 27 novembre parce que j'essaye de me suicider. J'ai pensé que je devrais m'ouvrir pour la première fois. Je voulais que ma musique soit quelque chose que je pourrais personnellement atteindre et ressentir quelque chose. Après tant d'années, je suis retourné dans mon ancienne maison à Detroit quand j'avais été réservé pour y jouer et c'était complètement fou.

Cela a-t-il été difficile?

Angel Haze: J'étais comme «putain de merde». L'endroit a le diable là-dedans et quand je l'ai vu, j'ai réalisé beaucoup de choses sur moi-même et ma vie et cela m'a dépassé. Je suppose que j'apprends à utiliser ma douleur et mon passé et à en faire une voie à suivre pour moi. Je veux construire un paradis de toute ma douleur et aller «ha» je vous ai construit, vous ne m'avez pas construit. Le truc, c'est que je porte mes cicatrices de ma vie (je ne suis pas un cutter ou quoi que ce soit) mais je porte mes cicatrices et les porte bien et maintenant je les comprends. Si le trouble dissociatif est ce que j'ai, qu'il en soit ainsi - je le vois dans tous mes schémas et mon comportement.

angel1

Vous avez donc commencé à réaliser beaucoup de choses sur vous-même?

Angel Haze: Je pense que je suis plus en moi-même. J'ai commencé à faire cela quand j'étais très jeune et maintenant j'ai 23 ans, donc je grandis sous les yeux du public. Le truc, c'est que j'ai dû apprendre moi-même - je ne savais pas beaucoup de merde sur moi-même, je ne savais pas que beaucoup de merde dont j'avais affaire étaient des problèmes de santé mentale parce que les noirs ne font pas de maladie mentale - c'est comme «foutre le camp». Apprendre qui je suis et toute cette merde de cause à effet m'a aidé parce que je ne suis pas tellement concentré sur mon stress. Je vais monter, laisser tomber ma musique, voir des seins et foutre la merde.

Votre dernier album date d'il y a trois ans - vos fans sont ravis de l'entendre ...

Angel Haze: Ça arrive, j'y travaille depuis des mois. Je prends 12 ou 13 moments cruciaux de ma vie, je les laisse venir à moi et je fais de la musique dope pour ces moments. Je reçois des idées tous les jours. Parfois, je me réveille simplement et j'écris ces pensées dans mes notes, puis je me dis 'putain, c'est ce que je vais faire'. Ce sera comme un album concept et quand je laisserai tomber le nom de cette salope, ce sera dope. Plus important encore, j'ai besoin de mon deuxième album pour décrire avec précision la vie d'Angel Haze, Raykeea Roes Wilson, Raeen ou tout ce que vous voulez. Ce doit être l’une de ces choses que vous obtenir .