Pourquoi Sofia Coppola est parfaite pour réaliser ce remake des années 70

Au moins une ride a été conférée à mon visage en porcelaine depuis la dernière sortie en salle de Sofia Coppola: l’épopée Crimedy de 2013 La bague Bling . Donc, après une longue attente, nous avons enfin notre premier aperçu de son dernier projet, Le séduit . Le film est un remake de la version de 1971, qui met en vedette Clint Eastwood, à l'origine adapté d'un livre intitulé Un diable peint .

Un soldat de l'Union blessé se perd en territoire ennemi pendant la guerre de Sécession et est découvert par une fillette très mineure de 12 ans nommée Amy. Elle le ramène au séminaire Miss Martha Farnsworth pour jeunes femmes, où il peut se reposer sous l'œil vigilant et la main attentive de Kirsten Dunst et d'une école littérale remplie de jeunes femmes excitées.



Toutes les hormones, je suppose, tirent le meilleur parti de ces jeunes filles, car elles commencent à agir comme si elles n’avaient pas vu un homme de toute leur vie. Ce qui, avant Tinder, je ne les blâme pas. Les filles tombent amoureuses à tour de rôle du soldat John McBurney (Colin Farrell). Ce qui commence comme un béguin inoffensif se transforme en un épisode à part entière de Le célibataire , où les jeunes écolières se retournent dans une rage aveugle pour attirer l’attention de McBurney.

Vue à travers l’objectif d’un gars réveillé (c’est moi), l’idée d’adolescentes qui se battent pour un soldat de 42 ans leur aîné peut sembler un peu en arrière. Après tout, l'original a engendré cette scène douteuse:

Dans un entretien avec la victime du baiser de Clint Eastwood, l'actrice Pamelyn Ferdin, âgée de 12 ans, a déclaré: Eh bien, vous savez que c'était assez intéressant pour moi parce que j'étais ... quand il m'a embrassé, ce n'était pas dans le scénario. Comment nous l'avons répété jusqu'au point, où ils ont commencé à tourner la caméra - il était censé me couvrir la bouche - parce que j'ai vu, apparemment, j'avais peur et il ne voulait pas que je crie parce que j'ai vu des troupes passer […] Je suppose qu'il avait cette idée que, peut-être - je ne sais pas, un peu plus provocante je suppose.



Hmmm.

Alors, que fait exactement Sofia Coppola - que je me sens en sécurité en tant que féministe - en train de faire un film où les femmes se retournent pour une relation improbable et franchement effrayante de mai à décembre? Coppola a de l'expérience dans la réalisation d'histoires sur les adolescentes ( Les suicides vierges , Quelque part ), drames d'époque ( Marie Antoinette ) et les hijinks moralement en faillite ( La bague Bling ). Quand on y pense, c'est un peu sa ruelle. À une époque où l'idéologie est souvent placée au-dessus du choix esthétique, peu importe ce que Coppola choisit de diriger. C’est son choix. (Après tout, il semble que les hommes peuvent faire ce qu'ils veulent et continuez pour obtenir des nominations aux Oscars.)

Ce matériel source ne pouvait pas être placé entre des mains plus compétentes, et à en juger par le teaser d’une minute et demie, il y a beaucoup de choses à s’exciter. À la fin, nous entendons clairement ce qui est vraisemblablement le personnage de Farrell crier: Qu'est-ce que tu m'as fait? Espèce de salopes vengeresses! Qui sait? Peut-être qu'après y avoir regardé, Coppola a retourné le scénario, peut-être qu'elle transférera (probablement) le pouvoir aux quatre adolescentes. Peut-être qu’elle fait sa part pour réécrire l’histoire.



The Beguiled sort dans les cinémas le 23 juin